La Dépêche du Midi / Margot Yérolymos a retrouvé le plaisir

La joueuse du Stade Toulousain, de retour sur le circuit depuis février, va disputer les « qualifs ».

« Le plus important est de reprendre du plaisir sur les courts. » Depuis le mois de février, Margot Yerolymos (25 ans), arrivée cette saison au Stade Toulousain, est redevenue une joueuse de tennis. « En août dernier, j’ai dû subir une opération de la hanche gauche. C’était la première fois dans ma carrière que je devais composer avec un gros pépin physique. Cela faisait quelques années que j’avais des douleurs à l’articulation. Les anti-inflammatoires ne faisaient plus d’effet. Initialement, j’en avais pour six mois d’arrêt. Au final, j’ai pu reprendre les entraînements au bout de quatre mois et demi », explique l’ancienne licenciée du TC Paris, 399e mondiale (ancienne 306e au mois d’août), attendue aujourd’hui pour le premier tour des qualifications de l’Open de Saint-Gaudens (ITF, 60 000 $). L’an passé, elle avait chuté au 2e tour du tableau final contre sa compatriote Clara Burel, future lauréate.

« Je sais que je ne suis pas encore à 100 % »

Durant cette pause forcée, la jeune femme a pu « profiter d’un retour à la vie normale ». Mais sur le plan moral, c’était tout de même compliqué. « Quand on m’avait annoncé que je devais me faire opérer, cela avait été la douche froide. Ensuite, la période de réathlétisation a été dure à gérer. C’est forcément frustrant de devoir stopper sa passion en raison d’une blessure sans savoir si on pourra récupérer tous ses moyens. La compétition me manquait beaucoup. Certes, je sais que je ne suis pas encore à 100 %. Toutefois, dans la tête, la motivation est bel et bien là », indique celle qui compte pour l’instant six victoires et sept défaites
(dont un abandon) depuis son retour sur le circuit ITF lors du tournoi de Grenoble (7-13 février).

« Je cherchais un club dans le Sud pour les Interclubs »

Quid de son arrivée au Stade Toulousain ? « Je m’entraîne à la All In Tennis Academy de Villeneuve-Loubet dans les Alpes- Maritimes et je vis à Cagnes-sur-Mer. Je cherchais du coup un club dans le Sud pour disputer les Interclubs. Le Stade  Toulousain évolue en National 2. Je connaissais aussi l’une des joueuses, Léolia Jeanjean (attendue également dans les qualifications de Saint-Gaudens, NDLR). On a d’ailleurs gagné notre première rencontre le 1er mai à domicile », explique
Margot, originaire de Martigues, dont les premiers coups de raquette remontent à l’âge de 3 ans, sur les traces d’une maman professeur de tennis.

Charles-Henri Oriol / La Dépêche du Midi 9 mai 2022