Le Stade n’a pas perdu son ADN